Danielle Collins : “Heureuse d’être allée en université avant de devenir pro”

Une très belle interview de Danielle Collins, actuellement joueuse de tennis professionnelle issue du tennis universitaire américain

Danielle Collins, joueuse de tennis professionnelle américaine, a passé 5 ans sur les bancs et les courts d’University of Virginia. Elle y a obtenu un Master en Commerce et un parcours sportif de grande classe.

En 2016, elle décide après ses études de se lancer sur le circuit professionnel WTA. Elle atteint sa meilleure place le 28 janvier comme 23e joueuse mondiale. Aujourd’hui, elle revient sur le fait d’aller en université américaine avant de tenter une aventure professionnelle.

La star du tennis américaine Danielle Collins se dit heureuse d’être allée à l’université plutôt que de devenir professionnelle à 18 ans. Danielle Collins, aujourd’hui 25 ans, dit qu’elle n’était pas prête à devenir professionnelle alors qu’elle était encore adolescente et qu’elle est heureuse de sa décision.

“Je ne pense pas que j’étais prête à devenir joueuse de tennis professionnelle quand j’étais plus jeune, d’un point de vue de la maturité. Je voulais aussi faire des études. Je n’aurais pas été heureuse si j’étais devenue professionnelle à 17 ou 18 ans. Beaucoup de joueurs alors qu’ils étaient encore très jeunes, ont pris la voie du tennis professionnel. Leurs parents en ont fait des enfants prodiges, mais ce n’était pas leur choix. C’est ainsi qu’ils ont été élevés.

Je suis heureuse que tout se soit déroulé autrement pour moi. Cela n’a pas été décidé selon les conditions de mes parents. J’ai pu faire mes choix et ce que je voulais faire de ma vie”.

“Je ne pense pas que la plupart des enfants qui deviennent professionnels lorsqu’ils ont moins de 18 ans, que ce soit nécessairement leur choix. C’est le choix de leurs parents. Très peu de joueurs atteignent le sommet. Si vous avez beaucoup d’argent ou si votre fédération vous aide, allez-y”.

“Mais si, comme moi, vous ne venez pas d’une famille aisée, prendre ce pari n’est pas à mon avis la bonne décision” Collins ajoute que le fait de ne pas être spécialement douée pour le tennis l’a obligée à travailler dur pour réussir sur et en dehors du court.

“Je n’ai pas ce genre d’arrogance, le fait de décréter que j’ai toujours été très forte. Je pense que beaucoup de joueurs, parce qu’ils ont toujours été très bons depuis leur plus jeune âge, ils pensent au fond d’eux qu’ils ont quelque chose de spécial, et que parce qu’ils deviennent des joueurs de tennis, cela les rend peut-être différents des autres personnes dans le monde.

Et ce n’est vraiment pas le cas. Parce que si vous leur enlevez cela, ils sont en fait des gens normaux. Je suis vraiment heureuse de ne pas être tombée dans ce piège parce que vous pouvez avoir beaucoup de succès en jouant au tennis et vous pouvez gagner beaucoup d’argent, mais en fin de compte, ce que vous voulez également c’est essayer d’être la meilleure personne que vous puissiez être à l’extérieur d’un court de tennis ».

L’Américaine, qui a fait sa grande percée à l’Open d’Australie en janvier de cette année, travaille également sur sa propre marque de bijoux, ce qu’elle dit apprécier pour détourner son esprit du tennis. «Lorsque vous êtes en tournée, il est difficile de pouvoir avoir quelque chose [en dehors du tennis] que vous appréciez vraiment, mais j’ai trouvé cela avec les bijoux.”

SOURCES

🌐 source : Tennis World USA : Danielle Collins Happy About Going to College Rather Than Turning Pro
📸 photo courtesy of : Virginia Athletics

Bourse sportive TENNIS USA

Tu es intéressé(e) pour jouer au tennis en université américaine et tu souhaites postuler pour une bourse sportive aux états-unis ?

Publications similaires

Préférences de confidentialité
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.