Blog

[Interview] Julien Bousquet, un étudiant athlète aux USA

Posté par:

Il y a une semaine, notre article sur Julien Bousquet a suscité pas mal de visites et de traffic (pas de commentaires, dommage…).

Pour rappel, Julien est athlète et pensionnaire de l’Université de Southern Mississippi, après avoir passé son GMAT, il nous avait promis de répondre à quelques-unes de nos questions, voici pour vous l’intégralité de son interview. Merci à Julien qui nous fait le plaisir de partager son aventure et son futur!

Athletics Partner (A.P) : Qu’est-ce qui t’a poussé à partir étudier aux Etats-Unis ?

Julien Bousquet (J.B) : L’envie de voir quelque chose d’autre, le désir d’être bilingue, et surtout l’opportunité de pratiquer l’athlétisme à temps complet. Cela devenait un peu difficile en France de s’entrainer tous les jours à la sortie des cours, je n’avais plus de vie. Et puis évidemment les débouchés sur le marché du travail. Revenir en France avec un Bachelor américain, bilingue, et ayant été en sport/études, c’est un atout énorme.

A.P : Pourquoi ton choix s’est-il dirigé pour l’université de Southern Mississippi?

J.B : J’ai fais aussi confiance à une société de recrutement qui ma proposé plusieurs écoles. Je me suis trés bien entendu avec le coach de Southern Miss, et j’ai aimé les quelques images du campus. Southern Miss est aussi une bonne école sur le plan sportif (NCAA Division 1) et également académique.

A.P : Comment s’est passé ton arrivée et ton intégration au sein de l’université ?

J.B : Je dois avouer que j’étais un peu perdu au début, ne parlant pas bien l’anglais. Mais les américains dans les universités sont extrêmement ouverts (surtout avec les français), cela m’a permis de faire de nombreuses connaissances très rapidement. Mon équipe d’athlétisme m’a aussi de suite considérée comme l’un des leurs et je compte beaucoup d’entre eux parmi mes meilleurs amis maintenant.

A.P : Comment se passe une journée type pour toi en université américaine ?

J.B : La journée « bateau » : cours de 9h à midi. Petite sieste. Entrainement de 15h à 17h. Après chacun se gère pour faire ses devoirs comme il le sent. Ce que j’aime ici, c’est que les élèves choisissent leur emploi du temps. On a le choix entre 3 ou 4 créneaux horaires pour des cours et on se crée notre propre emploi du temps. Si au lieu d’avoir une heure de maths de 9h à 10h trois fois par semaine, je préfère prendre un cours du soir de 3h d’affilé le lundi soir de 18h a 21h je peux. Du coup il n’y a pas vraiment de journée type, cela dépend si vous êtes du soir, du matin, de vos envies et de vos entrainements. Pour ma part, mon coach a décidé uniquement pour ce semestre de faire les entrainements à 6h du matin (C’est quand même rare, a moins d’aller au Texas). Je détestais au début, mais maintenant je trouve ça très bien, ça me laisse la journée entièrement libre (ce n’est d’ailleurs pas plus mal de s’entrainer à la fraiche que sous le soleil par 35° )

A.P : Parlons un peu « athlé », comment se découpe la saison universitaire ? le niveau est-il fort ? l’entrainement ?

J.B : La saison universitaire est décalée. Les cross sont plus tôt, (de septembre à novembre), la salle est de début janvier à fin février et la piste de mars à mai/juin. Cela permet aussi de rentrer en France fin mai/début juin et de participer aux championnats de France ou d’autres compétitions. Concernant le niveau, c’est très impressionnant. Il y a des athlètes qui viennent du monde entier, recrutés pour gagner des championnats. Le niveau s’apparente à des championnats d’Europe, voir parfois meilleur. Kirani James, le champion du monde du 400m est l’un de nous, un étudiant en sport étude à l’université d’Alabama. Centrowitz, 3eme aux derniers Championnats du Monde sur 1500m est aussi un étudiant à Oregon. Au dernier championnat universitaire, le 800m se gagne en 1’44. Les professionnels s’invitent souvent sur nos meetings aussi. Au Texas Relays par exemple, Jeremy Wariner et son équipe sont venus courir un 4×4. Si vous aimez la concurrence , vous allez être servis.

A.P : Quelle sont pour toi les différences majeures entre le système universitaire français et celui américain ?

J.B : Le système américain valorise beaucoup les sportifs. Nous sommes la  » vitrine » de leur université. En plus de ça, la plus grosse différence, c’est l’argent. Les universités ont un budget phénoménal, qui se voit au quotidien. Les infrastructures, les salles de cours, les ordinateurs, tout est démesuré. La semaine dernière, mon université à offert un iPad aux élèves qui avait des bonne notes. 1500 iPad ont été ainsi distribués. Coté sportif, je reçois plus de 800 dollars d’équipement par an, nous sommes logés dans des hôtels luxueux quand on va aux conférences, et je n’ai jamais à me soucier de remplacer mes chaussures. A peine usée, une nouvelle paire est offerte. Evidemment, plus l’université est grande, plus il y a d’argent. Southern Miss se situe dans la tranche haute, mais d’autres universités sont bien plus généreuses.

A.P : Comment définirais tu la mentalité américaine ?

J.B : Ceux qui sont bons sont valorisés et récompensés. Si tu es un bon dans un sport, tu as une bourse. Si tu es bon en cours, tu as une bourse. L’autre aspect de leur mentalité est la gagne. Cela va dépendre des coaches, mais les discours galvanisateurs dans les vestiaires avec un coach qui hurle qu’il faut se défoncer pour gagner sont bien réels. Et c’est extrêmement motivant.

A.P : Que t’ont apportées ces 3 années au sein d’une université américaine ?

J.B : Enormément de choses. Vivre à l’étranger permet d’ouvrir son esprit, d’être plus critique, de connaitre plus de choses. Ces 3 années m’ont permis d’avoir une éducation, de devenir bilingue, et surtout de vivre la plus belle expérience de ma vie. Ajouté a cela le fait qu’évidemment, j’ai pu courir plus vite et faire des progrès sur la piste.

A.P : Comment vois-tu ton futur?

J.B : J’envisage de faire mon MBA aux USA et devenir assistant coach dans une autre université.

A.P : Recommanderais-tu cette expérience à tous sportifs?

J.B : Si vous avez l’occasion, ne la loupez pas. C’est une chance que beaucoup aimerait avoir. Le monde est immense, découvrez le!

➔ Si vous aussi, vous souhaitez tenter l’aventure universitaire américaine combiner athlétisme et études aux USA, n’hésitez pas à entrer en contact avec nous.

0

À propos de l'auteur:

Agence sportive spécialisée dans le conseil, le recrutement et le placement d'étudiants sportifs en Universités aux USA.
  Related Posts